LE SITE COOPERATIF DE LA GRANDE GUERRE

CONSEILS POUR LA RECHERCHE DOCUMENTAIRE

Si vous n'avez pas Word vous pouvez utiliser sans problème l'excellent traitement de texte gratuit de OpenOffice. Vous pouvez le télécharger depuis : http://fr.openoffice.org/

Avoir des photos n'est pas suffisant pour faire vivre le souvenir des événements, de l'homme ou des hommes dont le monument évoque le sacrifice.

Il est donc important de situer dans le temps, dans l'espace de l'immense front, dans le contexte des événements, dans la vie des combattants, la justification du monument. Pour cela il faut des documents, des cartes, des récits, qui permettent de percevoir pourquoi le monument a été construit et pourquoi à cet endroit.

Où trouver l'information ? Classiquement, dans les livres, les encyclopédies, dans les bibliothèques, dans les journaux de l'époque (pour les inauguration), si vos recherches sont fructueuses vous aurez une question préalable à vous poser, le support texte et/ou image que vous avez entre les mains est-il libre de droits ??

Les droits d’exploitations conférés aux auteurs sont limités dans le temps. Selon l’article L.123-1 du CPI : " L’auteur jouit, sa vie durant, du droit exclusif d’exploiter son œuvre sous quelque forme que ce soit et d’en tirer un profit pécuniaire ". La protection persiste au profit de ses ayants droit pendant l’année civile en cours et les soixante-dix ans qui suivent la mort de l’auteur (Loi du 27 mars 1997).

À l’expiration de ce délai, l’œuvre tombe dans le domaine public. Son utilisation est libre sous réserve du respect des droits moraux de l’auteur.

Dans la pratique, ne sont concerné par les droits d'auteurs que les ouvrages relativement récents, d'autre part, il vous est demandé de donner la source de l'extrait de texte (en effet vous n'utilisez que des extraits de texte) que vous mettez dans votre dossier et la plupart des cartes utiles à l'illustration des dossiers ont été dessinées dans l'entre deux guerre. Enfin, notre démarche de vulgarisation de l'Histoire est bénévole et non lucrative.

Si les droits d'auteur ne sont que très rarement un obstacle à l'utilisation du contenu des livres, il faut posséder un minimum de matériel pour exploiter le document, il faut au minimum un scanner pour bien récupérer les cartes, les images, les illustrations que vous récupérez au minimum en 300 bpi. Pour les très grand documents, avec beaucoup de précautions, la photo numérique peut donner des résultats passables (c'est mieux que rien du tout !), mais l'idéal pour les grands documents consiste à les scanner, morceau par morceau et à les assembler ceux-ci avec un puissant outil graphique du genre Photoshop.

Pour les textes, cela est plus délicat, car si pour une citation de quelques lignes vous ressaisissez, en traitement de texte, sans difficulté, le passage qui vous semble pertinent. Pour les textes de quelques pages, à moins d'être un dactylographe expert vous renoncerez à une ressaisie laborieuse de plusieurs heures.

Deux possibilités s'offrent à vous : la première consiste à considérer le texte comme une image et elle sera traitée comme telle, avec ses contraintes et limitations, ce sera d'ailleurs le cas pour les pages manuscrites des carnets de souvenirs et journaux individuels des combattants, des pages des J.M.O. des unités combattantes, des fiches individuelles des Morts pour la France, et des textes très mal imprimés des années 1920 sur du très mauvais papier.

La deuxième solution, bien meilleure, est l'utilisation d'un logiciel O.C.R. (Optical Character Recognition), reconnaissance optique des caractères, ces logiciels "lisent et convertissent" les caractères lus, un à un, par le scanner et vous restituent le texte sous la forme txt, wks, doc, ... etc que vous utilisez habituellement Avec l'énorme avantage que vous pouvez modifier, enrichir, compléter et mettre en forme, à votre guise, le texte récupéré, ce qui est impossible avec une simple image de texte.

Si vous n'avez pas de logiciel O.C.R., nous vous recommandons

http://www.commentcamarche.net/telecharger/telecharger-34056007-simpleocr

La recherche moderne sur Internet simplifie énormément les choses. En effet avec un puissant outil gratuit de recherche comme Google vous accédez à un nombre considérable de documents très facilement exploitables dans de nombreux cas.

Là encore, il faut bien distinguer les documents images et les documents textes. En effet, sur la plupart des sites il est possible de récupérer les images et les textes par simple copier-coller. Malheureusement certains sites "verrouillent" les écrans qu'ils présentent et là il faut utiliser des "copieurs d'images d'écran".

Le plus simple de ces outils est celui que l'on possède avec Windows avec la touche "Majusule et Impr écran" du clavier du PC qui place dans le presse-papier l'image de l'écran, mais de TOUT l'écran, or, souvent vous ne voulez qu'une partie de l'écran. D'autre part ne "collez" jamais cette image directement dans votre dossier Word car vous auriez une image "balladeuse". Par contre vous pouvez la récupérer dans un logiciel de gestion d'images, par "collage" ("importer le presse-papier" dans certains logiciels, ClipBoard) puis l'enregistrer avec le nom que vous voulez au format jpg, c'est ce fichier jpg que vous pourrez insérer dans Word (dans un tableau, comme nous le conseillons). Vous pouvez en savoir plus, à ce propos, sur : http://www.commentcamarche.net/faq/sujet-398-capture-d-ecran-copie-d-ecran .

La vrai difficulté consiste, généralement, à retailler et recadrer cet image-écran pour en extraire et ne conserver que la partie qui vous intéresse. Malheureusement la plupart des outils "basiques" et gratuits de traitement de l'image, comme "Paint" non pas la fonction de sélection, dans un rectangle, et de découpe (recadrage, crop). Pour cela il faut posséder un outil plus puissant comme Photoshop. Si vous n'en avez pas nous vous conseillons un logiciel gratuit très suffisant pour découper et recadrer vos copies d'écran, il vous servira également pour modifier vos images et vos photos, ainsi que les documents numériques que vous récupérerez sur Internet (voir plus loin), ce logiciel gratuit s'appelle PhotoFiltre et vous trouverez sa version gratuite sur : http://photofiltre.free.fr/frames.htm

La deuxième approche, beaucoup plus pratique, consiste à utiliser un outil qui ne capture sur l'écran que la zone qui vous intéresse, vous n'aurez plus à recadrer et éliminer les zones non désirées, il existe plusieurs de ces outils de capture sélective, si vous n'en n'avez pas nous recommandons l'outil gratuit de capture de Captimag : http://www.commentcamarche.net/telecharger/telecharger-34055615-captimag , qui est très simple et intuitif, un autre outil gratuit, moins simple, VMN Toobox,: http://toolbox.vmn.net/fr/

Ce type d'outil va vous permettre sur Google Map de saisir les cartes d'accès au format jpg, pour les mettre dans les dossiers des monuments que vous voulez faire connaître, ce qui est indispensable pour faciliter le repérage de ces monuments par les touristes de Mémoire. Vous pourrez rajouter sur ces cartes d'accès des commentaires, comme une croix pour indiquer le monument, avec PhotoFiltre.

Maintenant que nous avons les outils pour récupérer les images utiles, sur Internet, nous allons parler de deux sites du Ministère de la Défense, qui sont deux sources d'informations privilégiées : 1° Les militaires français morts pendant la Grande Guerre et 2° les J.M.O. (journaux de marches et d'opérations) des unités combattantes françaises, lors du conflit. En effet nous trouvons sur les monuments le nom et le grade de la personne (ou des personnes) que l'on a voulu honorer par ce monument, on trouve généralement l'unité dans laquelle il est mort.

1° Les militaires français morts pendant la Grande Guerre

 

Prenons l'exemple de la recherche sur "Mémoire des Hommes" du nom à peine lisible de Buisson Jules que l'on trouve sur cette stèle, qui est tout ce qui reste d'une tombe collective de l'ancien cimetière militaire de Bimont, à Tracy-le-Mont (60).

 

Voir le dossier : http://1418bd.free.fr/monu0126.htm

 

 

 

La présentation suivante a été réalisée avec les outils décrits plus haut.

Commençons à nous connecter à : http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/

Puis,

Puis,

Puis,

Voilà la réponse ...

Nous avons 32 combattants du nom de Buisson Jules, mais comme nous ne connaissons ni la date ni le lieu de naissance du Buisson Jules mort à àTracy-le-Mont, il va falloir visualiser les fiches les unes après l'autre. Sur la première page aucun ne correspond. C'est en haut de la 2e page que nous trouvons Jules Adrien Buisson qui est mort dans le secteur de Tracy-le-Mont.

 

1) Jules Adrien Buisson est mort pour la France à Tracy-le-Mont, c'est lui que nous recherchions

2) Mais de plus la fiche individuelle nous fournit deux éléments précieux qui ne figuraient sur le morceau de monument restant, la date de la mort 18 janvier 1916 et son unité : Jules Adrien Buisson servait au 1er Bataillon Territorial de Chasseurs à pied

Ces deux précieuses informations vous nous permettre de découvrir ensemble la 2e ressource du Ministère de la Défense

2° les J.M.O. (journaux de marches et d'opérations) des unités combattantes françaises

Commençons à nous connecter à : http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/jmo/

 

 

 

 

 

 

 

 

Cette double page doit être reprise dans un logiciel de traitement d'images comme PhotoFiltre pour être retravaillée, c'est à dire recadrée.

 

Pour revenir aux informations générales et à l'aide

 

Pour revenir à la carte interactive de la base de données